Nécrose apicale (Cul noir)

Règles du forum
Ici les pages permettent d'avoir une discussion, en marge du TomoWiki, sur un sujet précis, couvert par le TomoWiki.
Avant de créer un sujet, vérifier s'il existe sur le TomoWiki et/ou sur le forum.

- Si un article/document existe déjà sur le wiki mais que son sujet correspondant sur le forum n'existe pas vous pouvez le créer :
Le nom du sujet doit être le nom de l'article, sans rien de plus.

- Si rien n'existe concernant le sujet que vous souhaitez couvrir, et que vous n'êtes pas contributeur du TomoWiki, entrez en contact avec un admin/modo.

Si vous êtes contributeur, veillez à placer votre sujet à l'endroit qui correspond au type de document TomoWiki.
Avatar de l’utilisateur

mogui
Jeune Tomo
Messages : 184
Inscription : 17 juil. 2019, 13:15

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par mogui » 27 juil. 2019, 10:27

matou 88 a écrit :
26 juil. 2019, 20:44
Pour moi à un moment donné la plante ne peux plus assumer l'alimentation de tous ses fruits que ce soit en eau en calcium ou autres éléments nutritifs, elles fait des choix.
Je pense un peu la même chose. Quand il fait très chaud, les fleurs sèchent, et c'est sans doute fait exprès, la plante prévoyant qu'elle manquera d'eau pour faire grossir les prochains fruits.
Mais s'il y a eu de nombreuses nouaisons dans une période précédente plus favorable, la plante est quand même obligée de se rationner l'eau, la priorité étant donné à l'évaporation par les feuilles.

Je ne vois qu'une solution : une grosse cloche en verre (dépoli pour éviter les brûlures) au dessus de chaque plant de tomates, et maintenir une atmosphère suffisamment humide à l'intérieur. :D
Moins de cul noir, mais beaucoup plus de maladies cryptogamiques en perspective :lol:
Avatar de l’utilisateur

salsadany57
Jeune Tomo
Messages : 187
Inscription : 25 janv. 2019, 19:36

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par salsadany57 » 27 juil. 2019, 11:26

La question qu'il faudrait se poser c'est pourquoi une tomate pointue ou oblongue est plus sensible au cul noir qu'une autre variété ronde à arrosage ou conditions climatiques identique...Je ne pense pas que le génome d' une tomate ronde soit différent au point de lui donner un avantage immunitaire sur la tomate pointue. La forme fait la fonction...Qu'est ce qui fait que la forme pointue fonctionne moins bien que la forme ronde?.

Je suis pour la "théorie de la goutte".

Nous autres les hommes connaissons bien ce probleme lors de nos petits pipis journaliers...la dernière goutte est toujours pour le caleçon! .Peut être devons nous apprendre à la tomate pointue comment se "secouer la goutte".

Que cette goutte soit due à l'arrosage, la pluie ou la rosée de condensation. Une expérience intéressante serait de ficeler la tomate pointe vers le ciel, tel la grande pyramide d'Egypte...pour voir si les dieux de la tomate la protègeront! lol!
Avatar de l’utilisateur

mogui
Jeune Tomo
Messages : 184
Inscription : 17 juil. 2019, 13:15

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par mogui » 27 juil. 2019, 12:58

Je pense plutôt que pour les tomates allongées, il est plus difficile à la plante de nourrir le fruit jusqu'au bout.
On trouve un peu le même problème chez les courges, ou le bout se met à ramollir et à pourrir quand il fait très sec, ou que la plante n'est pas en bonnes conditions pour faire grossir ses fruits (jeune plant qui ne possède pas encore de système racinaire suffisant, vieux plant souffrant de la froidure de fin de l'automne).

En tous cas les tomates d'origine Italienne, telle que Roma, ou San Marzano, semblent plus sensibles que les autres, selon mon expérience, à la pourriture apicale. Des variétés qui concentrent un nombre important (plus ou moins 70) tomates sur des plants avec un petit développement.

Parmi mes connaissances, il y en a un qui n'a jamais eu une tomate atteinte. le problème lui est totalement inconnu.
Mais sa méthode de culture c'est d'effeuiller assez sévèrement, et de limiter chaque plant à une tige et à 3 ou 4 bouquets. Je pense qu'il y a un rapport (peu de fruits, mais assez gros, une seule tige épaisse, pas de vieilles feuilles à la capacité de photosynthèse diminuée).
Avatar de l’utilisateur

Alain60
TomoAdmin
Messages : 1991
Inscription : 26 déc. 2018, 23:17

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par Alain60 » 27 juil. 2019, 14:45

salsadany57
ta théorie de la goutte est séduisante, et elle aurait tout son sens si le phénomène du cul noir était d'origine cryptogamique, mais d’après ce que j'ai lu ce n'est pas le cas; tous s'accordent pour penser que ce serait plutôt un désordre physiologique. ;)
La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir (A. Einstein)

:joker: Suivi 2018 - Poupo 2018 - Suivi 2019 - Hybridation - Carte des Tomos :joker:
Avatar de l’utilisateur

mogui
Jeune Tomo
Messages : 184
Inscription : 17 juil. 2019, 13:15

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par mogui » 28 juil. 2019, 22:20

Aujourd'hui j'ai effectué la comparaison entre les plants de tomates type Datterino sur tuteurs classiques et ceux sur tuteurs creux.
C'est assez édifiant.

Ceux qui sont sur tuteurs classiques sont assez fortement touchés par le problème de cul noir, malgré un gros paillage :

Image

Sur les autres, aucune tomates touchée à ce jour :

Image

Ce qui me conforte dans l'idée qu'il est préférable d'apporter l'eau en profondeur, pour que les racines se développent mieux.
Par ailleurs, en cas de forte sécheresse, je ne m'interdis pas de compléter par un arrosage complémentaire en surface.
Avatar de l’utilisateur

linette
Tomo Sénior
Messages : 630
Inscription : 28 déc. 2018, 22:05

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par linette » 29 juil. 2019, 12:34

Peux tu en dire plus sur les tuteurs creux? Intéressant, je ne connais pas.
Pour l'arrosage en profondeur, j'enfonce des bouteilles de 2l à mi-hauteur. Mais l'an dernier avec ce système j'ai eu du cul-noir alors qu'avant je n'en avais pratiquement jamais.
Avatar de l’utilisateur

mogui
Jeune Tomo
Messages : 184
Inscription : 17 juil. 2019, 13:15

Re: Nécrose apicale (Cul noir)

Message par mogui » 29 juil. 2019, 13:23

Oui, j'en ai parlé souvent ici ou là, mais j'attendais de l'avoir expérimenté à fond, et sur plusieurs années, avant de faire un retour d'expérience.
Mais bon, c'est peut-être le bon moment car les avantages me semblent de plus en plus évidents.
Par contre, pour décrire le principe en long et en large, photos à l'appui, avantages et réserves (voire inconvénients), etc.. je pense que je vais initier un nouveau sujet probablement dans la section de méthodes de culture.
Répondre

Revenir à « Les déséquilibres métaboliques »